« On vote aujourd’hui ». C’est une des affiches peut-être les plus connues en Suisse. On la voit régulièrement, 3 à 4 fois par année, avant chaque week-end de votation. Elle nous rappelle que le dimanche de votation approche et qu’il faut penser à voter.

Mais, au lieu de « on vote aujourd’hui », il serait plus juste de dire « on vote durant (presque) un mois ». En tous cas, lors de votations fédérales.

Quand vote-t-on et par quel canal ?

L’électeur suisse a l’embarras du choix. Il peut voter dès qu’il reçoit le matériel – généralement la quatrième semaine précédant le jour de votation – par correspondance ou par internet. Il peut aussi voter le jour de votation, à l’urne, voire dans certains cas à la Landsgemeinde.

Si le vote à l’urne et le vote par correspondance sont à disposition de chaque électeur, les deux autres canaux – vote par internet et Landsgemeinde – ne sont offerts qu’à une petite partie de l’électorat. La Landsgemeinde n’est disponible que lors de certains types de scrutins et ne peut pas se tenir lors de votations fédérales. Elle ne se pratique pas à Genève.

Où vote-t-on?

Le vote à l’urne est le principal – voire l’unique – canal de vote dans la plupart des pays. Et en Suisse, combien de votants se rendent aux urnes pour voter? Un petit 10%. Dans certains cantons urbains, comme à Genève, à peine 2 à 3% des votants de déplacent à l’urne le dimanche matin.

Les autres, comment votent-ils? Presque 90%* des votants votent par correspondance. Ce mode de vote, libéralisé dans les années ’90, est devenu le canal de vote préféré des Suisses. Son introduction a contribué à freiner la baisse du taux de participation. Dans certains cantons, comme à Genève, l’introduction du vote par correspondance a même clairement contribué à augmenter la participation aux votations.

Forte de cette expérience, Genève est devenu le premier canton suisse à tester le vote électronique, ou vote par internet, dès 2002. Aujourd’hui le vote électronique est proposé à tous les Suisses de l’étranger qui votent à Genève ainsi qu’aux électeurs de certaines communes. Le système est utilisé également par d’autres cantons (Bâle Ville et Lucerne).

Le vote par internet est-il le futur?

En Suisse le vote par internet est un canal complémentaire qui se rajoute aux deux autres canaux (correspondance, urne) mais qui ne les remplace pas.

Le vote par internet est particulièrement intéressant pour les Suisses de l’étranger qui peuvent se voir privés de l’exercice du droit de vote du fait de la lenteur des services postaux. Il est également très utile pour les personnes souffrant d’un handicap, surtout de la vue, dans la mesure où il leur permet de voter de manière indépendante alors qu’actuellement elles doivent se faire aider par des tiers et ainsi renoncer au secret du vote.

Les différents canaux mis à disposition des votants traduisent le souci de faciliter la participation des électeurs, alors que le nombre de votations et d’élections fédérales, cantonales et communales auxquelles ils sont appelés à se prononcer reste très haut en Suisse (au moins 3-4 dimanches de votation par année).

Quelle participation?

Est-ce que les mesures de facilitation du vote (vote par correspondance, vote par internet) portent fruits? Est-ce que la participation augmente? Ce qui est clair c’est que le vote par correspondance a stoppé la chute du taux de participation, qui reste plutôt stable. Le vote par internet, quant à lui, est le canal préféré de ceux parmi les Suisses de l’étranger qui peuvent en bénéficier.

Souvent, ce sont les questions soumises au vote et les enjeux qui influencent le taux de participation. Le taux le plus haut (78,7% de votants au niveau fédéral) a été enregistré en 1992 lors du vote sur l’Espace économique européen. Le vote sur l’initiative contre l’immigration de masse d’il y a deux ans se retrouve en quatrième position, avec un taux de participation de 56.6%.

Le vote du 28 février 2016 sur l’initiative de mise en œuvre va probablement à terme mobiliser beaucoup d’électeurs. A douze jours de la date du scrutin (le 17 février) 30% des électeurs zurichois ou 21,66% des genevois ont déjà voté par correspondance.

 

 

 

[*On se réfère ici uniquement aux votants, c’est-à-dire les électeurs qui votent, et non pas à l’ensemble des électeurs qui pourraient voter.]

 

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.